• 05. Comment améliorer les transports en commun à la Ville de Saguenay? (15/11/10)

     

    Bonjour à tous et à toutes,

    Comme beaucoup d’étudiants de l’Université, je n’ai pas les moyens d’avoir ma propre voiture. Heureusement, l’UQAC offre la bonne idée du système de covoiturage, mais bien souvent, je suis quand-même obligé de prendre l’autobus, par exemple pour me rendre à La Baie ou à Jonquière. Pour ce genre de besoin existe la STS, la «Société de transport de Saguenay». J’adore le Saguenay plus que tout, mais si cette belle région a un inconvénient, c’est bien son transport en commun géré par cette société. Après plusieurs mauvaises expériences, je me suis échangé avec des amis et je me suis rendu compte que presque tout le monde avait fait des expériences négatives avec la STS. Je n’écris donc pas cet article dans le but de régler mes comptes ou afin de dégrader la STS, mais pour montrer que je ne suis pas le seul qui est concerné. Le but de mon petit article est d’ailleurs d’avoir des commentaires, de m’échanger avec d’autres lecteurs du blog afin de discuter constructivement sur le sujet afin d’améliorer la situation pour tout le monde, mais surtout pour renseigner les futurs étudiants qui ne connaissent pas encore cette problématique sur certains faits. Si on pouvait amorcer une discussion ouverte, il serait même intéressant de faire une pétition ou d’aller voir les responsables de la STS ensemble ou d’envoyer une lettre ouverte à des journaux régionaux tels que le Quotidien pour faire avancer les choses.

    Pourquoi est-ce que j’ai pris la décision de me rendre jusqu’ici? Il s’agit ici de plusieurs aspects. Quand on entre dans un autobus de la STS, les conducteurs sont souvent peu accueillants. Ils se trouvent régulièrement à l’extérieur du bus pour fumer ou prendre un café et cela est devenu tellement un cliché que je me demande bien si les conducteurs d’autobus boivent bien huit tasses de café et fument un paquet de cigarettes par jour. Ce que cela entraîne est le fait que beaucoup de gens ne paient pas et les plus honnêtes doivent attendre à l’entrée de l’autobus pour pouvoir payer ou avoir des billets de transfert. Ce qui est également problématique est le fait que la STS ne donne aucune monnaie de change. Un billet d’autobus coûte généralement trois dollars, mais si vous avez seulement un billet de cinq sur vous, cela vous coûte donc cinq dollars. Je conseille donc fortement aux nouveaux étudiants d’amener en masse de la petite monnaie pour être sûrs de ne pas perdre de l’argent. Je me souviens encore à quel point c’était compliqué d’avoir la somme exacte lorsque les billets d’autobus coûtaient encore 2,75 dollars, il y a quatre ans maintenant. Un autre problème est qu’à part aux gares d’autobus, il n’y a aucun horaire affiché aux stations d’autobus pour démêler les clients. Cela est surtout frustrant en hiver si l’on attend pour rien pendant trente minutes dans le froid en se disant que l’on va manquer l’autobus, si on retourne au chaud. Il y a aussi le fait que les chauffeurs sautent de temps en temps des arrêts et ignorent les clients qui s’y sont rendus et qui doivent maintenant attendre pendant des heures pour le prochain autobus, notamment durant les fins de semaine.

    Je vais vous donner un petit exemple personnel pour mieux vous illustrer la problématique. Il y a quelques semaines, je suis allé voir un concert à Jonquière et je regardais déjà fréquemment ma montre durant les dernières chansons pour pouvoir partir à temps pour la gare d’autobus pour être certain de prendre le dernier transport. Je suis sorti dehors sans parler avec le groupe, sans aller à la toilette et j’étais content d’être arrivé cinq minutes en avance de la dernière heure de départ affichée à la gare d’autobus. L’horloge de la gare, ma montre, le cellulaire de ma petite amie et des gens dans la rue me confirmaient effectivement que j’étais arrivé à temps. Mais l’autobus n’arrivait pas et j’attendais dans le froid pendant une demi-heure. Vu qu’aucun numéro n’était affiché à la gare, j’ai appelée une amie en plein milieu de la soirée qui avait déjà fait de mauvaises expériences avec la STS et qui pouvait me donner un numéro de téléphone pour rejoindre le bureau de la STS. Cette amie m’a même offerte d’appeler elle-même au bureau, mais le responsable la contredisait et refusait de lui offrir de l’aide ou fournir des explications d’une manière assez arrogante. Peut-être que cela était le cas parce qu’elle n’était pas directement concernée? Peut-être qu’on ne la prenait pas trop au sérieux à cause de cela?

    J’ai donc moi-même appelé au bureau de la STS en expliquant en détail ma situation. On m’offrait tout de suite de porter plainte. Est-ce que le bureau de la STS avait tout de suite agi comme cela parce qu’il avait reçu beaucoup d’appels du même genre dernièrement? Ou est-ce qu’on voulait juste désamorcer toutes sortes de discussion dès le début? Tout ce que je voulais était d’ailleurs pouvoir retourner à Chicoutimi car il n’y avait pas d’ami qui restait à proximité à Jonquière ni une auberge de jeunesse ou quoiqu’il soit où j’aurais pu passer la soirée et je ne voulais pas attendre le prochain autobus qui partait neuf heures plus tard seulement. Le responsable du bureau doutait de la crédibilité de mon histoire et me demandait, si j’avais des témoins par rapport à l’heure à laquelle j’étais arrivé à la gare. Lorsque je voulais lui passer ma petite amie et chercher d’autres personnes qui avaient été présents au concert, il ne le voulait plus tout d’un coup. Il disait qu’il n’y avait plus de conducteurs disponibles de toute manière et que je ne pouvais pas rentrer chez moi. Pourquoi est-ce qu’il m’a donc posé la question au sujet des témoins? Pourquoi est-ce que la discussion ressemblait déjà à un interrogatoire? Je lui demandais de m’envoyer un taxi. Je sais que la STS avait déjà envoyé et payé à plusieurs reprises des taxis lorsqu’un autobus ne s’était pas arrêté à une station et lorsque la personne n’avait plus d’autres moyens pour retourner chez elle. Pourtant, le responsable au téléphone me disait qu’il n’avait pas l’autorisation de m’envoyer un taxi et faisait allusion que mon histoire n’était pas vraie et que la société n’envoyait que des taxis lorsqu’un autobus tombait par exemple en panne. Le responsable continuait de m’interroger sur les détails de ma soirée et lorsque je confondais le mot « bar » avec le mot « café » pour décrire l’endroit où le concert avait eu lieu, le responsable s’arrêtait sur ce détail et insistait que je me contredisais et que je ne disais pas la vérité. Est-ce qu’il cherchait à me mêler parce qu’il avait reconnu mon accent étranger et parce qu’il pensait que je m’étais trompé sur certains aspects?

    Enfin, le responsable vérifiait un système de radar nébuleux avec un des conducteurs qui venaient d’arriver dans son bureau et me disait que l’autobus que j’avais manqué était seulement parti trente secondes en avance. Pourtant, cela était bel et bien impossible et je disais que trente secondes en avance signifiaient quand-même un départ trop tôt du dernier autobus. Au lieu d’admettre la faute, le responsable devenait impoli, inhumain et répétait que je pouvais porter plainte en faisant allusion que cela ne me servirait à rien de toute manière vu que le radar prouvait que je ne disais pas la vérité selon eux. Le responsable me conseillait de faire du pouce pour retourner chez moi. Je lui disais qu’il était proche de minuit et que les seules personnes qui restaient encore en ville étaient dans les bars et que je ne voulais pas prendre la voiture de quelqu’un avec ma copine et être dépendant d’un individu inconnu en plein milieu de la nuit qui avait peut-être bu de l’alcool durant la soirée. Le monsieur insistait que cela était une bonne idée et faisait allusion que mes soucis étaient injustifiés. Est-ce que cela veut dire qu’il aurait honnêtement pris une telle décision à ma pace? Il disait que cela serait la seule solution, que je devrais m’arranger avec ce qui me resterait comme choix et qu’il ne pouvait rien faire d’autre pour moi. Il ignorait complètement le besoin de moi en tant que client et essayait même de me mettre mal à l’aise. La règle d’or que le client devrait toujours avoir le dernier mot ne lui semblait pas être connue du tout. Je me sentais traité d’une manière arrogante comme un numéro, un menteur ou même un être inférieur. Je sentais qu’il allait complètement ridiculiser la situation et j’ai raccroché d’une manière déçue. Finalement, nous avions appelé le père de ma petite amie qui était obligé de se lever en plein milieu de la nuit pour conduire pendant plus qu’une heure à travers la Ville de Saguenay à cause de l’ignorance de la Société de transport du Saguenay. 

    Jusqu’aujourd’hui, j’ai tiré mes conséquences de ces événements et je n’ai plus repris le service des transports en commun. Par contre, mon deuxième stage d’enseignement s’approche à grands pas pour la mi-novembre et je vais le passer à la Polyvalente de Kénogami à Jonquière. Je n’ai pas encore trouvé quelqu’un pour faire du covoiturage et les taxis sont trop chers. Je n’aurais donc pas le choix de prendre un autobus de la STS pour me rendre à ma future destination. J’espère trouver une solution à ce petit problème après le début de mon stage et j’espère surtout bien qu’il n’y aura pas encore un autobus qui ne s’arrêtera pas, qui partira trop tôt, trop tard ou pas du tout et qui provoquera ainsi que j’arrive en retard à mes stages et que je perds ma réputation et mon bon nom que je me suis établi. Je vais essayer de prévoir le coup et de prendre des autobus beaucoup en avance pour être certain de me rendre à temps à la bonne place. Le reste ne reposera pas sur moi et je vais devoir me débrouiller. Peut-être que je serai même surpris et je verrai que la STS a entre temps travaillé sur ses défauts inacceptables et j’aurai un meilleur service enfin. Après tant d’expériences négatives, c’est dur de croire aux miracles, mais je ne veux pas être rancunier et laisser une deuxième chance à l’organisation en démontrant ainsi que je n’ai pas l’arrogance ou l’ignorance qu’eux avaient démontrée envers moi.

    Ce qui m’importe vraiment est par contre d’améliorer les services et de faire avancer les choses d’une manière constructive. Ce que je proposerais à la STS seraient les points suivants :

    1.       Afficher des petites fiches d’horaires à chaque arrêt d’autobus.

    2.       Créer plus d’abris d’autobus contre les intempéries.

    3.    Trouver un moyen pour donner du change aux clients qui n’ont pas la monnaie exacte.

    4.     Agir d’une manière plus humaine et respectueuse envers les clients qui ont besoin de service et d’aide.

    5.      Inviter les conducteurs d’autobus à être plus accueillants et ouverts envers les besoins des clients.

    6.       Renseigner les clients sur les services en affichant les numéros des bureaux aux gares d’autobus.

    7.       Engager un responsable pour chacune des trois grandes gares d’autobus en ouvrant un bureau offrant un service direct à la clientèle comme la vente de billets ou le renseignement sur des horaires.

    Quelles sont vos expériences et idées en lien avec cette problématique?

     

     

    PS: Notez bien: Suite à une plainte d'un ou d'une inconnu(e), cet article a été enlevé du blogue de l'UQAC une semaine après sa parution. J'accepte cette décision. J'aimerais ajouter que le but de cet article est l'amélioration d'un service en faisant une critique constructive et non de "chiâler" ou de "régler des comptes". Ajoutons que le service de la STS s'est amélioré depuis l'automne 2010 même si quelques lancunes persistent évidemment encore.

    « Blog UQAC et Groovy AardvarkÉmission du 5 novembre 2010 sur la musique allemande contemporaine »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :