• La princesse de Shipshaw - Première partie: Allemagne (Chapitre 1)

    Le cercle des sept malédictions


    Une conte de fée écrit par Sebastian Kluth


    Première partie – La prophétie


    Il était une fois un jeune prince allemand, descendant d’une ancienne dynastie oubliée et arriérée du Moyen Âge, qui était né pendant un été chaud de l’année mil neuf cents quatre-vingts neuf. C’était un enfant qui était né un mois avant que l’on s’en était attendu et il était un enfant précieux et sensible. Son imprudence changeait pendant sa jeunesse en serviabilité et intelligence. Il s’entendait très bien avec ses parents et aimait les plaisirs de la vie.

    Quand il avait obtint un certain âge, il se rendit compte qu’il avait un ort spécial, un destin précieux duquel il n’avait jamais rien entendu. Les forces des cieux décidèrent que le moment de la vérité était devenu quand le jeune prince avait dix ans.

    Durant cette journée décisive qui bouleversa toute sa vie, malgré qu’il n’était pas encore capable de saisir toute limportance de son rôle futur, il se proména dans un château gigantesque et oublié par le monde. Il l’avait trouvé avec ses parents par hasard et ils s’étaient mis à découvrir ses ruines par curiosité. Le jeune prince se proména bouche bée et oublia ses alentours, quand ses pas le menèrent dans une vieille salle gigantesque où il remarqua un miroir magique. Le jeune prince tourna sa tête afin de transmettre sa découverte à ses parents, mais il fut surpris quand il se rendit compte que sa mère et son mère avaient étrangement disparu.

    Il se tourna vers le grand mirroir de bois et de cristal d’une manière insécure et y reconnut une brume étrange. Au delà de la brume qui tourna comme un cercle infini, il aperçut tout à coup le visage d’une femme, entourée de fantômes mystérieux, qui sourit mystérieusement et lui regarda dans ses yeux bleues comme l’infinité du ciel et de l’univers. Elle lui adressa la parole d’une voix douce et gentille. Le jeune adolescent perdit sa méfiance et écouta attentivement ce que la femme aux yeux verts d’un âge indéfinissable et d’une peau fine et blanche lui avait à raconter. Elle se mit à parler d’une grande prophétie et du destin de ce jeune garçon comme les autres qui avait juste une dizaine d’années.

    « C’est ton destin et le destin de tout les enfants de la terre de sauver notre planète terre qui souffre des guerres, de l’hostilité, de l’injustice, du pessimisme et de la pauvreté. Je lis ton destin dans ton âme et dans le livre des grands prophètes et je sais que dans le futur, ton chemin va te rendre dans un pays au Nord, un pays où il existe encore la liberté et l’esprit de la rébellion. »

    Le jeune prince entendait les mots, mais ne les comprenait point. Il s’était toujours rendu compte que le monde était cruel, mais il n’avait jamais cru que la situation était rendue si dangereuse

    « Je vois dans ton cœur la force, la conscience et la capacité à mener le monde vers un meilleur destin, vers un futur sans hostilités et sans préjugés. C’est à toi de te faire des amis et de créer une alliance contre l’ennemi le plus terrible de notre monde, le cercle des sept malédictions. C’est toi seul qui est la personne choisi, mais une personne de chaque continet te soutiendra et t’accompagnera sur ton chemin difficile. Les forces des cieux te soutiendront, car la planète Terre pourrait uniquement être sauvé par un enfant innocent de la race des êtres humains. Nous avons déjà vu deux sauveurs braves et motivés, qui ne portaient pas l’esprit de la jeunesse en eux et ils ont échoué, malgré toutes les bonnes affaires qu’ils ont fait dans leurs deux vies émouvantes. »

    Avec cs mots-là, le visage dans le mirroir disparut et le prince n’y vit plus rien que son visage et deux personnes qui entrèrent dans la salle d’une manière inquiète. Il reconnut ses parents qui l’avaient perdu de vue et qui le recherchaient. Le jeune prince essaya de parler à ses parents de ce qu’il venait de se passer, mais ils ne l’écoutaient pas et pensèrent qu’il avait inventé une belle histoire, influencée par les alentours mystérieux du château.

    Depuis ce jour-là, la vie du garçon commençait à changer.  Il se faisait des amis et étudiait des contes historiques, les langues étrangères et faisait des voyages afin de se faire des amis pour avoir des ambassadeurs dans le monde entier. Il essayait de convaincre le monde de sa philosophie et disait ce qu’il pensait et étonnait les adultes. Mais le cercle des sept malédictions et ses compagnons de l’armée noire se rencontraient, car une clairvoyante leur avait prévu quand grand ennemi se prépara pour une bataille finale entre le bien et le mal. Cette femme transmit des images du jeune adolescent qui se trouva actuellement en vacances afin de se rendre en Turquie et qui ne pensait plus du tout à son destin. Il se souvenait encore de temps en temps de la clairvoyante mystérieuse, mais il était de plus en plus certain que son imagination lui avait joué un tour comme ses parents lui avaient toujours dit.

    Le cercle des sept malédictions ne sousestima pas la prophétie et chaque membre réunit ses forces afin de se concentrer sur l’ennemi et afin de le tuer avant qu’il ne présente un danger pour eux. Les six démons se prirent par les mains, se mirent à parler et prier au dernier membre du cercle, leur grand chef Luciferius, le mal incarné en personne qui surveilla l’univers à partir d’une résidence inconnue Il posséda un corps horrible, un visage déformé avec deux cornes, un nez couvert de cicatrices, des bras comme les griffes d’un tigre, le corps mince comme un insecte et les pieds comme une bête sauvage.

    Chaque memebre avait réussi à prendre en possession le corps d’un être humain et ils vivaient dans des places différentes. Personne ne savait qu’ils étaient des démons méchants, car le monde ne voyait pas les profondeurs de ces personnes, mais juste leurs apparences. À part des noms de leurs victimes, ils s’étaient donnés leurs propres noms.

    L’un s’appelait « Animus nigerus » ce qu’il voulait signifier « âme noir », l’autre  se nommait « Exsecratio mortis » ce qu’il signifia la malédiction de la mort, le nom d’un autre était  « Fulmen malus », ce qu’on peut traduire par «l’éclair funeste », le quatrième était le terrible « Lanius diabolicus », ce qu’il signifie le « bourreau diabolique », un autre fut connu sous le nom « Custos ocassus » ce qui se traduit par le « gardien de la décadence », le sixième s’appelait « Magister pestilentiis », ce qu’i se traduit avec l’expression « maître desépidémies ». Le dernier membre Luciferius était par contre un inconnu d’une cruauté effrayante et d’une puissance universelle. Il commençait de plus en plus de créer un culte autour de lui afin de devenir de plus en plus connu. Et c’était lui qui joint les autres membres, manifesta leurs forces et se prépara avec toutes ses forces diaboliques d’attaquer le jeune prince allemand durant cette réunion funeste...

    « La princesse de Shipshaw - PrologueLa princesse de Shipshaw - Deuxième partie: Turquie (Chapitre 2) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks