• China may break

      

    Once upon a time I was laying dozing by the Yangtze Kiang

    With my spirit on the moon and my eyes towards the burning sun

     

    Drug-infused and hypnotized under your bittersweet spell

    Suffering orgasmatically as you were ringing my death knell

     

    You shut down my conscience and opened up my mind

    I was falling for your illusion because I was so blind

     

    Hypnotyze my brain

    Let me in

    Seduce my heart

     

    I was going insane as my desire for you was religious

    I had to leave the past behind but I was superstitious

     

    It was a deja vu as I felt like I had been there before

    Electrified from the heart and condemned to the core

     

    You were a femme fatale, a wolf in sheep’s clothing

    I realized I had to break free before I would become nothing

     

    Deliver me now

    Free my creativity

    Release the pain

     

    Torn in two I was endlessly fighting on this ancient Wall

    Slowly disenchanted as the devil’s temptation was standing tall

     

    All alone I was crawling through the armies of mercury

    Looking for some piece of mind instead of immortality

     

    I was turning the page as I was coming back from the valley

    I became my own shepherd leading myself right up my alley

     

    Build new strength

    Find some hope

    Pray for renaissance  

      

    Will I ever rest in peace?

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Le cœur voyageur

     

     

     

    Né dans une douce innocence

     

    Mis au monde dans un univers menaçant

     

    Faisant face aux vices derrière les masques

     

    Désintégrant mon âme en fissures qui craquent

     

     

     

    Chacun suit son droit chemin sans pitié

     

    Sans compromis, sans dialogue, sans intégrité

     

    Le monde entier rira avec toi si tu as envie de sourire

     

    Mais tu pleuras seul si tu ne fais que souffrir

     

     

     

    La tristesse grise noie nos esprits

     

    La détresse semble être infinie

     

    La justice civique sombre dans l’oubli

     

    Au sein d’un monde mourant sacrifié à la folie

     

     

     

    J’ai le cœur qui voyage

     

    M’étouffant sous un nuage

     

    Je suis un nomade cherchant son chemin

     

    Un enfant prodige en quête du destin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Transposition de l’illusion

     

    Sous une lune de mai rouge comme le sang divin

    Progressant son cycle fatidique jusqu’à l’aube du matin

    La femme fatale tentait de lire le destin dans mes lignes de main

     

    Ce n’était qu’une transposition

     

    « Oh coutumes, vous la laissez enchainé !»

    « Oh cultures, vous la laissez transvidé! »

    « Oh valeurs, vous la laissez irrité! »

     

    Ce n’était qu’une illusion

     

    Cet astre à la face cachée dérapera-t-il de sa lignée?

    Son frère ensoleillé annoncera-t-il une nouvelle journée?

    Pourrais-je m’attendre à la passion libératrice d’une autre nuitée?

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  •  

    Corée du Nord

    Camarade, l’image de notre Dieu invincible est devenue mortelle,

    Notre société bénite est enfin descendue en bas de l’échelle,

    Isolés dans un royaume sinistre des mensonges et illusions,

    Nous rêvions en vain d’un pays qui formerait une union…

     

    Camarade, les hivers sont longs et désespérés, les famines sont énormes,

    Notre société se tait, le regard baissé, accepte aveuglement les normes,

    Perdus dans un paradis inventé des légendes et irréalités,

    Nous cessons enfin de croire en notre liberté.

     

    Camarade, est-ce que nous allons lever les armes et les poings enfin,

    Notre société, est-elle décidée de combattre la peur et le chagrin,

    Abandonnés, désirons-nous enfin le sens et la joie de la vie,

    Réalisons-nous la révolution contre la noirceur infinie?

     

    Camarade, ce ne sont vraiment que nous-mêmes qui disposons de notre destin,

    Notre société aveuglée se trouve sur le chemin entre la création et la fin,

    Réveillés, solidarisons-nous pour accéder aux nouvelles sphères,

    Libérons-nous avec nos compatriotes et nos frères!



     

    H1N1

     

    Le besoin de la sensation dramatique de notre population est enfin nourri,

    Vache folle, peste porcine et pneumonie atypique sont passées.

    Le divertissement de la terreur est gratuitement fourni,

    Les vaccins mondiaux sont déjà bien dosés.

     

    Cette fois, on choisit donc le Mexique au lieu d’un pays de l’Europe, l’Afrique ou l’Asie,

    Un petit changement honorable, la prochaine fois, ca sera la Nouvelle-Guinée.

    Terreur médiale en faveur de la dépression et l’hypochondrie,

    Les masques et médicaments sont prêts à être envoyés.

     

    Quatre milles morts en douze mois, mais on oublie ceux qui crèvent des cancers ou pneumonies,

    Ce n’est pas trop important, les gens s’ennuient de quelques sinistres et nouveaux sujets.

    La vedette de l’année reçoit l’Oscar de l’exagération, voilà une autre tâche accomplie,

    Les réalisateurs et scientifiques, d’ailleurs, planifient déjà les futurs projets.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique