• Le 26 janvier 2012 s’est déroulée une activité particulièrement passionnante dans le centre social de l’UQAC entre environ neuf heures du matin et quatre heures de l’après-midi. Il y avait un kiosque d’information, une exposition d’objets et plusieurs activités diversifiées dans le but de souligner avec quelques jours de retard le début du Nouvel An chinois.


    Cet événement qui est aussi appelé la fête du printemps se déroule sur un total de quinze jours et rassemble dès sa veille de grandes familles qui tentent souvent de voyager à leurs lieux d’origine en claquant ensemble des pétards lorsque minuit sonne. Des visites entre amis et collègues sont fréquents dans les jours qui suivent et la plupart des gens sont en congé pendant la première des deux semaines. La fête est liée à certaines coutumes comme le grand nettoyage de la maison suivie de la mise en place de plusieurs décorations incluant des devises parallèles calligraphiées sur des papiers rouges et collées sur les portes. Le portrait du dieu gardien ou du dieu de la fortune ou encore le caractère chinois renversé pour bonheur trouve également sa place sur les portes de beaucoup de maisons ou chambres. Deux lanternes rouges sont également souvent fixées sur les portes de ceux et celles qui respectent les traditions anciennes. Cette année, l’année du dragon a commencé le 23 janvier 2012 et trouve sa fin avec la fête des lanternes.


    Les étudiants internationaux qui ne pouvaient pas voyager dans leur patrie ont donc décidé de transférer et de partager cette grande fête dans une atmosphère plus intime avec nous ici au Saguenay. Chapeautées par l’Association des étudiants internationaux, les activités ont su attirer un bon nombre de personnes sur l’heure du dîner et durant les pauses de cours notamment. Même s’il ne faut pas se cacher que les prix pour certains petits objets étaient un peu élevés, j’ai décidé de soutenir l’engagement des étudiants en achetant deux paires de baguettes, un bracelet et une sorte d’éventail traditionnel. La plupart des objets étaient faits à la main et des pièces uniques. Certains étudiantes et étudiants avaient mis beaucoup de temps et de passion dans la fabrication de ces objets.  Ce qui était encore plus intéressant que l’achat de ces objets exotiques était de parler avec plusieurs étudiantes et étudiants de la culture de ce pays fascinant qui entretient depuis longtemps de bonnes relations avec le Québec qui accueille de nombreux étudiantes et étudiants chinois dans ses universités. Ces activités donnent définitivement le goût de voyager et de voir les choses de ce pays en progression constante avec nos propres yeux.


    Les activités offertes durant cette journée-là touchaient par exemple la calligraphie chinoise où on pouvait écrire des messages ou simplement son nom en mandarin. On pouvait aussi faire imprimer des cartes de vœux. Il y avait aussi une place où on pouvait faire une consultation de l’art taoïste du feng shui en faisant analyser son destin à l’aide de la chiromancie ou du siang mien. Une cérémonie de thé était également sur place. Une autre activité intrigante touchait l’art détaillé du papier découpé chinois ou janzhi où on pouvait choisir des couleurs de papiers et des symboles différents avec des significations particulières.


    Espérons que d’autres activités culturelles du même genre seront organisées et bien visitées dans le futur pour faire rayonner les coutumes diversifiées des étudiants des quatre coins du monde qui fréquentent l’université.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le 26 janvier 2012 s’est déroulé une activité particulièrement passionnante dans le centre social de l’UQAC. Il y avait un kiosque d’information, une exposition d’objets et plusieurs activités diversifiées dans le but de souligner le Nouvel An chinois.

    Cette fête du printemps se déroule sur quinze jours et rassemble dès sa veille, de grandes familles qui tentent souvent de voyager à leurs lieux d’origine en claquant ensemble des pétards lorsque minuit sonne. Des visites entre amis et collègues sont fréquentes dans les jours qui suivent et la plupart des gens sont en congé pendant la première des deux semaines. La fête est liée à certaines coutumes comme le grand nettoyage de la maison, suivie de la mise en place de plusieurs décorations incluant des devises parallèles calligraphiées sur des papiers rouges et collées sur les portes. Le portrait du dieu gardien, du dieu de la fortune ou encore le caractère chinois renversé pour bonheur trouve également sa place sur les portes de beaucoup de maisons ou chambres. Deux lanternes rouges sont également souvent fixées sur les portes de ceux et celles qui respectent les traditions anciennes. Cette année, l’année du dragon a commencé le 23 janvier 2012 et trouve sa fin deux semaines plus tard, avec la fête des lanternes.

    Les étudiants internationaux qui ne pouvaient pas voyager dans leur patrie ont donc décidé de transférer et de partager cette grande fête dans une atmosphère plus intime ici au Saguenay. Organisées par l’Association des étudiants internationaux et de nombreux étudiants bénévoles d’origine chinoise, les activités ont su attirer un bon nombre de personnes sur l’heure du dîner et durant les pauses des cours, notamment. Même si les prix pour certains petits objets étaient élevés, j’ai décidé de soutenir l’engagement des étudiants en achetant deux paires de baguettes, un bracelet et une sorte d’éventail traditionnel. Mais le plus intéressant était d’avoir l’occasion d’échanger avec plusieurs étudiantes et étudiants de la culture de ce pays fascinant, qui entretient depuis longtemps de bonnes relations avec le Québec et qui accueille de nombreux étudiantes et étudiants de cette nationalité dans ses universités.

    Les activités offertes durant cette journée-là touchaient par exemple la calligraphie chinoise, où l’on pouvait écrire des messages ou simplement son nom en mandarin. On pouvait aussi faire imprimer des cartes de vœux. Il y avait aussi un endroit où l’on pouvait faire une consultation de l’art taoïste du feng shui, en faisant analyser son destin à  l’aide de la chiromancie ou du siang mien. Une cérémonie de thé était également possible sur place. Une autre activité intrigante touchait l’art détaillé du papier chinois découpé (ou janzhi), où l’on pouvait choisir des couleurs de papiers et des symboles différents, qui ont  des significations particulières. Ces activités étaient une belle alternative aux kiosques d’informations plus rigides et formels qui trouvent habituellement leur place dans le centre social.

    Espérons que d’autres activités culturelles seront organisées et bien visitées dans le futur pour faire rayonner les coutumes diversifiées des étudiants des quatre coins du monde qui fréquentent l’université. Je vous souhaite une bonne année du dragon!

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Underworld: Awakening (2012)

     

    The Underworld saga goes in a new round with more action and vivid special effects than ever before. The characters are as cool and unique as before and have some cool fighting scenes and dry dialogues. If you have a chance to watch this movie in the cinemas in the best possible quality, just go for it because the movie is all about sound and visual effects and won't work that well on your home cinema or later on television. I would probably not buy a copy of this movie or maybe only if this was released one day in a collector's edition with all movies of the entire saga.

    I have only seen the very first part of the movies back in the days and have been attracted to other movies as time went by. I checked this movie out thanks to the interest of my girlfriend and now I definitely want to watch the other movies that I have missed in the past years. From this point of view, the movie grabbed my attention and did a good job in one and a half hour of entertaining power.

    On the other side, this movie is clearly weaker than the first strike in my opinion. It focuses a lot on the special effects and is a great action movie but lacks some thrilling scenes, some horror moments and some additional elements that would have helped to create a more profound story even though this movie may initiate a lot of viewers to get back to the series just like me as this movie can be understood as the beginning of a new era rather than a final chapter. The story is easy to follow but I missed some epic scenes, new and intriguing supporting characters and some mystic or mysterious moments.

    In the end, this is a fast paced movie with some stunning scenes. It is filmed and mastered in a very professional way. It's a relief to watch movies like this in times of the Twilight saga that waters down the image of those fascinating creatures of the dark. On the other side, this is no essential masterpiece of its kind but a great movie to watch in your local cinema with some drinks and food during the happy hour with a lovely person by your side.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Kapitel 23: Donnerstag, 9 Uhr 56, Speisesaal



    Weniger als eine halbe Stunde war seit der zweiten bedrohlichen Entdeckung des Tages vergangen, als Thomas und Mamadou in frischen Anziehsachen den Speisesaal betraten, der sich schon weitestgehend gefüllt hatte. Ein unruhiger Direktor lief am Tischende hin und her und klatschte entschlossen in die Hände, als er die beiden Ankömmlinge sah. Diese nahmen rasch Platz. Thomas warf einen Blick auf seine beiden Sitznachbarinnen. Elaine Maria da Silva wirkte ruhig, lächelte ihm süffisant zu und wirkte in keiner Weise beunruhigt, während Paola Francesca Gallina kreidebleich war und nervös mit ihren geradezu sehnigen Händen auf der Tischkante herumtrommelte.


    „Meine sehr verehrten Gäste. Auf Grund des gestrigen Todesfalls möchte ich ihnen mitteilen, dass wir, da die Leitungen lahm gelegt sind, uns genötigt fühlen diese Insel und das Schloss noch heute zu verlassen. Um ihnen die Zeit einzuräumen ihre Sachen zusammenzupacken und noch in aller Ruhe Mittag zu essen, schlage ich ihnen vor, dass wir uns um exakt 15 Uhr an meiner Yacht treffen.“, teilte der Direktor mit nervösem Tonfall mit und sah sich lauernd um.


    „Eine Frage, Herr Direktor. Werde ich mir kurz zuvor noch erlauben dürfen das Schiff ein wenig näher zu betrachten? Sie versprachen mir bei unserer Ankunft gestern, dass sie mir noch den Maschinenraum zeigen wollten.“, meldete sich Fatmir zu Wort und erntete für eine solche Lappalie einen frostigen Blick des Direktors.


    „Von mir aus dürfen sie sogar die Maschinen anmachen und die Yacht steuern, wenn es Ihnen beliebt.“, gab Doktor Marcel Wohlfahrt mühsam knurrend zurück.


    Mürrisch wandte er sich an die verbleibenden Gäste und eröffnete das Frühstück, als sich nun auch Paola Francesca Gallina fingerschnipsend zu Wort meldete.


    „Herr Direktor, ist an dem Gerücht etwas dran, dass es sich bei dem gestrigen Vorfall um einen Mord handelt?“, fragte die Italienerin nervös.


    „Nein. Es gab keinen Mord und so wahr ich hier stehe wird es in meinem Schloss auch keinen Mord geben!“, fuhr er sie an und schlug wütend mit der Faust auf den Tisch, sodass dieser bedrohlich wackelte, während die Fragende sich ängstlich zurückzog und sich nervös und pikiert umsah.


    In diesem Moment trat Jeanette Rodin-Gagnon in den Speisesaal. Der Direktor schien vorher übersehen zu haben, dass noch nicht alle Personen anwesend gewesen waren. Die Französin wirkte seltsam bleich und als noch erstaunlicher empfand Thomas die Tatsache, dass sie in ihrer linken Hand ein Rosenbouquet hielt. Nervös taumelte die bildhübsche Dame auf Thomas zu, der sich instinktiv erhob und ihr verwundert entgegentrat.


    Die restlichen Gäste tuschelten nervös und blickten der Französin eher feindselig, als besorgt entgegen. Offenbar brachte man sie insgeheim mit dem gestrigen Vorfall in Verbindung.


    „Was zur Hölle...?“, fragte Thomas, der als Einziger mit einer düsteren Vorahnung vor Schreck aufgesprungen war, doch er hatte seinen Satz noch nicht einmal beendet, als die junge Französin plötzlich die Augen verdrehte und ihm entgegenfiel. Die Rosen ließ sie dabei fallen, sodass sie wild zerstreut auf dem Boden lagen.


    Thomas fing Jeanette sofort auf und ging mit ihr in die Knie. Ihr Gesicht wirkte blass und unbeweglich, ihre Augen waren geschlossen. Voller Angst fühlte er ihre schweißnasse Stirn und sprach sie nervös an, doch sein großer Schwarm zeigte keinerlei Reaktionen. Verwirrt tastete er nach ihrem Puls und wollte sie auf die Beine zerren, doch da brach ihr Körper in sich zusammen und glitt zu Boden. Dumpf schlug sie inmitten der Rosen auf und rührte sich nicht.


    Thomas ging in die Knie, fasste nach der zarten Hand der Französin und Tränen schossen in seine Augen. Kopfschüttelnd flüsterte er ihren Namen, legte seinen Kopf lauschend auf ihre wohlgeformte Brust, doch er hatte die bittere Wahrheit bereits erkannt und musste den schockierenden Tatsachen leider ins Auge sehen. Er warf seinen Kopf zurück, seine Haarsträhnen hingen wirr über seine tränenverschmierten Wangen. Ächzend holte er Luft und ließ die aufgeschreckten Gäste an seiner Erkenntnis durch einen schmerzerfüllten Schrei teilhaben.


    „Sie ist tot!“

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire